rougi


rougi

rougi, ie [ ruʒi ] adj.
XVe; de rougir
1Qui est devenu rouge, a été rendu rouge. Yeux rougis (par les pleurs).
2(1694) Eau rougie, mêlée d'un peu de vin rouge.

rougi, ie
adj. Qui a pris une teinte rouge.
|| Eau rougie, additionnée de vin.

⇒ROUGI, -IE, part. passé et adj.
I. — Part. passé de rougir.
II. — Adj. Qui est devenu rouge. Les portraits de famille (...) étaient accrochés dans des cadres de vieil or rougi (GAUTIER, Fracasse, 1863, p. 380). Le sang des martyrs même faisait pousser des marguerites blanches entre les herbes rougies (FAURE, Hist. art, 1914, p. 362).
En partic.
Eau rougie. Eau additionnée d'une petite quantité de vin rouge. Car j'en boirais bien un tonneau, Que c'vin-là, par-dessus tant d'eau, Ça n'f'rait encore que d'l'eau rougie (DUMAS père, Noce et enterrement, 1826, I, 5, p. 78).
♦ [En parlant d'un métal] Qui est devenu rouge au feu et dégage de la chaleur. Métal rougi. On s'assurera de sa pureté [de la cire] en en brûlant un fragment sur une pelle rougie au feu (ROUSSET, Trav. pts matér., 1928, p. 76). V. marâtre1 ex. P. métaph. Il y eut entre ces deux femmes un duel sans trêve (...) où l'une cachait, où l'autre mettait à nu son amour, et où cependant le fer aigu, rougi des traîtresses paroles de Camille, atteignait au fond du cœur de son amie (BALZAC, Béatrix, 1839, p. 172).
Rougi à blanc. Chauffé à blanc après être passé par le stade d'une coloration rouge. On lui passait une lame rougie à blanc devant les yeux (SARTRE, Mort ds âme, 1949, p. 30).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Fréq. abs. littér.:893. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 1 440, b) 1 690; XXe s.: a) 1 300, b) 880.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • rougi — rougi, ie (rou ji, jie) part. passé de rougir. Rendu rouge. •   La Phrygie Cent fois de votre sang a vu ma main rougie, RAC. Andr. I, 4.    De l eau rougie, de l eau où il n y a que fort peu de vin. •   [Le marquis de Mansera mangeait] à dîner… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • rougi — Rougi, [roug]ie. part. On appelle, De l eau rougie, L eau où il n y a que fort peu de vin. Il ne boit que de l eau rougie. ce n est pas là du vin, ce n est que de l eau rougie …   Dictionnaire de l'Académie française

  • rougi — dérougi rougi …   Dictionnaire des rimes

  • rougi — adj. => Rougir (pp.). A1) rougi par la boisson (ep. du nez, du visage) : kulotâ, âye, é (Saxel) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • être rougi — ● être rougi verbe passif Être devenu rouge : Yeux rougis. ● être rougi (expressions) verbe passif Eau rougie, eau mêlée d une petite quantité de vin …   Encyclopédie Universelle

  • rougir — [ ruʒir ] v. <conjug. : 2> • XIIe sens I, 2o; de rouge I ♦ V. intr. 1 ♦ (XVe; rugir XIIe) De …   Encyclopédie Universelle

  • rougir — (rou jir) v. a. 1°   Rendre rouge, peindre ou teindre en rouge. Rougir une porte. •   Ils rougissent le mors d une sanglante écume, RAC. Phèdre, V, 6. •   Jamais le sang humain n a rougi cette terre, FÉN. Tél. VIII. •   Je découvrais au loin la… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • boulet — [ bulɛ ] n. m. • 1347; de boule 1 ♦ Projectile sphérique de métal dont on chargeait les canons. Un boulet de canon (⇒ obus) . Loc. Arriver comme un boulet de canon, très vite (cf. En trombe). Boulet rouge, qu on faisait rougir au feu. Loc. fig.… …   Encyclopédie Universelle

  • étamper — [ etɑ̃pe ] v. tr. <conjug. : 1> • 1678; estamper « écraser » v. 1190; var. de estamper ♦ Techn. 1 ♦ Étamper un fer à cheval, y percer les trous. « Le petit ouvrier saisit avec la main le fer rougi [...] , l aplatit, l arrondit et l étampe » …   Encyclopédie Universelle

  • pelage — 1. pelage [ pəlaʒ ] n. m. • 1469; de pel → poil ♦ Ensemble des poils d un mammifère, considéré du point de vue de son aspect extérieur (couleur, finesse, douceur au toucher, épaisseur, etc.). ⇒ fourrure, livrée, manteau, poil, robe, toison.… …   Encyclopédie Universelle